Le contexte

 

 

La masculinité ne se laisse pas définir aisément. Y a-t-il une masculinité « naturelle » qu'il s'agirait de retrouver en deçà des conditionnements ou la masculinité est-elle dépendante du contexte culturel et historique, à réinventer dans chaque nouvelle période de l'évolution humaine?

 

Et si elle était peut-être même un peu des deux?

 

Le travail sur la masculinité peut toujours être actualisé. Il s'inscrit dans la mutation historique et culturelle des rôles liés au fait d'être femme ou homme.

 

Pour ce qui nous occupe, il s'agit d'aborder cette mutation délibérément, au travers d'un questionnement et d'expériences pratiques tirées de différentes approches thérapeutiques et de développement personnel. Ce travail passe par un travail sur les conditionnements masculins (compétition, agressivité, sexualité conquérante, crainte de l'homosexualité,) pour aller ensuite vers des expériences plus sensibles où le rapport à d'autres hommes et le rapport à sa propre nature d'homme se soutiennent réciproquement dans leur dévoilement.

 

Ce travail en deux phases s'appuiera sur des techniques et des exercices. Mais l'aspect technique reste subordonné à l'établissement d'une dynamique de groupe au travers d'un approfondissement des rencontres, de l'expression en commun des objectifs personnels et des attentes vis à vis de la démarche en cours.

 

Le désert stimule l'introspection, à la fois par le vide et l'immensité qu'il déroule sous nos yeux que par l'extraordinaire intimité que nous pouvons y vivre dans le contact avec autrui et avec la nature.

Il offre une intensité sensorielle (visuelle, auditive, olfactive et tactile) liée à l'absence de « bruit de fond », qu'il s'agisse du silence profond, de la nuit vide de toute pollution lumineuse, de l'air propre de toute odeur ou du contraste entre dureté de la roche et douceur de la dune.

 

Au plan culturel également, le désert nous déconnecte de nos conceptions rigides qui sont le « bruit de fond » de nos fonctionnements sociaux. Il nous facilite une prise de distance avec nos présupposés concernant ce que c'est que d'être homme. Il nous rend plus accessibles certaines valeurs humaines comme la solidarité, la parole ou le respect mutuel, valeurs qui pour beaucoup d'entre nous ne sont pas vécues au quotidien.

Cette qualité du désert (impressions sensorielles fortes, intimité avec la nature) peut inspirer le travail sur la masculinité en aidant à travailler une dynamique de groupe autour de la netteté des impressions, de l'intimité des contacts, de la simplicité des échanges.

 

En nous coupant de l'afflux d'informations et de l'activité qui sont l'apanage de la vie urbaine actuelle, le désert nous aide à nous consacrer à l'expérience vécue.

 

Retour